Le point de vue de Lilie

02 juillet 2010

L'homme qui m'a donné la vie. Virginia Bart. Buchet & Chastel.

C'eshommequimadonneslaviet le point de vue d'une jeune femme sur son père : cet homme qui l'a abandonnée alors qu'elle n'était encore qu'une enfant pour vivre sa vie de hippie, de marginal.

C'est un livre empreint de justesse et de sensibilité ; même si les propos sont durs et souvent sans appel envers cet homme (et à juste titre !), ils ne sont pas moins emplis d'amour. Un amour qui dépasse les actes, l'amour entre un père et une fille.

Un premier roman prometteur dans lequel l'analyse des sentiments et  difficultés des enfants des générations 68  est particulièrement percutante. C'est aussi une réflexion sur le pouvoir libérateur du pardon. C'est très touchant.

Sortie le 26 août 2010

Posté par aurelie florin à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juin 2010

Les visages. Jesse Kellerman. Sonatines

lesvisagesEthan, jeune galiériste branché de New-York découvre une oeuvre absolument étonnante. Il s'agit d'une fresque gigantesque faite de centaines de dessins s'associant tel un puzzle. Mais ce n'est pas l'unique originalité de cette oeuvre... un policier à la retraite donne l'alerte en reconnaissant sur la toile centrale des portraits d'enfants assassinés trente ans plus tôt dans des circonstances atroces. C'est à ce moment là que le roman bascule et emporte le lecteur dans une histoire à couper le souffle dont la spirale ne s'arrêtera qu'à la dernière page.

L'excellente construction de ce roman en fait à la fois un très bon polar mais également une saga familiale incroyable.

A découvrir sans plus attendre !

Posté par aurelie florin à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La reine des lectrices. Alan Bennett. Folio

lareinedeslectricesThe Queen Elizabeth II se passionne tout à coup pour la lecture. Cette passion l'envahit tellement qu'elle en néglige ses engagements  les uns après les autres, au grand dam de son entourage.

Certains passages, même si le trait est un peu grossier, sont d'une cocasserie très plaisante : le silence du président français au sujet de Jean Genet et l'ignorance générale du premier ministre anglais sur la littérature face à une reine aussi vive et piquante que l'on peut l'imaginer est un vrai régal.

Cette courte farce ravira les amateurs de l'humour anglais, mais se veut également une réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

Posté par aurelie florin à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,